Logo de la CJC
Document tiré de : cjc.jeunes-chercheurs.org/presentation/index.php
anniv Enquête sur les jeunes chercheurs étrangers en France : résultats et solutions En savoir plus….
Retrouver la proposition de loi de la CJC pour une juste représentativité des Jeunes Chercheurs En savoir plus….
anniv assises de l'enseignement supérieur et de la recherche
Depuis son lancement, la CJC porte la voix des jeunes chercheurs dans les assises à travers ses contributions, ses auditions et ses associations membres.
En savoir plus….

Qui sommes-nous ?

Qu'est-ce que la CJC ?

La CJC (Confédération des Jeunes Chercheurs) est une association de loi 1901, nationale et pluridisciplinaire. Elle regroupe une quarantaine d’associations de doctorant-e-s et de docteurs, bénévolement impliqués dans la reconnaissance du doctorat comme expérience professionnelle. Au niveau national, de par son expertise sur le doctorat, elle est un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics, représentée notamment au CNESER (Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche). Au niveau européen, elle participe à la réflexion sur le doctorat et les jeunes chercheurs par l’intermédiaire de l’association EURODOC, dont elle est membre fondateur.

RĂ©ponses Ă  vos questions

Nos positions

Notre réflexion s'appuie sur le principe suivant :

Le doctorat est une expérience professionnelle de recherche.

Ce fait est depuis 2006 inscrit dans la loi (article L612-7 du Code de l'Éducation) et dans la règlementation (arrêté du 7 août 2006 relatif à la formation doctorale).

De ce principe, découlent les positions suivantes :

  • le jeune chercheur doit avoir accès aux moyens de travail nĂ©cessaires Ă  la rĂ©alisation de la recherche, dans les mĂŞmes conditions que ses collègues,
  • la terminologie employĂ©e doit reflĂ©ter le statut professionnel du jeune chercheur (par exemple, utiliser le terme « doctorant Â» au lieu d'« Ă©tudiant Â» - pour plus d'informations, voir la page dĂ©diĂ©e Ă  la terminologie),
  • le doctorant devrait ĂŞtre rĂ©munĂ©rĂ© pour son travail de recherche,
  • les jeunes chercheurs doivent pouvoir participer Ă  la vie dĂ©mocratique des Ă©tablissements d'enseignement supĂ©rieur et de recherche (droit de vote et de reprĂ©sentation), en qualitĂ© de chercheurs,
  • le projet doctoral doit ĂŞtre conçu par les encadrants et le doctorant de telle sorte qu'il soit rĂ©alisable dans le temps imparti de trois ans temps plein,
  • les spĂ©cificitĂ©s disciplinaires ne doivent pas ĂŞtre prĂ©texte Ă  de mauvaises pratiques dans l'attribution des moyens ni dans les critères requis pour l'obtention du doctorat.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les fiches de synthèse des principales positions défendues par la CJC, rédigées au courant de l'année 2010 :

Vous pouvez également consulter la profession de foi diffusée lors des élections CNESER de mars 2011.

Nos réalisations récentes

En portant la voix des chercheurs non permanents (doctorants, ATER, vacataires, docteurs contractuels, etc.), la CJC a fait Ă©voluer les mentalitĂ©s et les pratiques concernant le doctorat. Elle est devenue un interlocuteur rĂ©gulièrement consultĂ© par les acteurs de l’enseignement supĂ©rieur et de la recherche (Ministère de l’Enseignement SupĂ©rieur et de la Recherche, ConfĂ©rence des PrĂ©sidents d’UniversitĂ©, Conseil pour le DĂ©veloppement des HumanitĂ©s et des Sciences Sociales,…).

Cette représentativité a permis d'intervenir de manière significative dans certaines évolutions récentes du système public d'enseignement supérieur et de recherche en faveur des jeunes chercheurs non permanents :

  • en 2009, la CJC a Ă©valuĂ© la qualitĂ© des chartes des thèses de toutes les universitĂ©s de France, ce rapport est disponible ici. Suite Ă  ce rapport, six universitĂ©s nous ont contactĂ© pour Ă©valuer et faire Ă©voluer leur charte. Les Ă©lus locaux ont pu et peuvent encore se servir des critères de qualitĂ© dĂ©finis dans le rapport,
  • le contrat doctoral est un vrai contrat de travail, assurant l’équivalence TD/TP pour les enseignements et indexĂ© sur l’indice de la fonction publique,
  • le titre de sĂ©jour scientifique a Ă©tĂ© ouvert aux jeunes chercheurs Ă©trangers, bĂ©nĂ©ficiant d'un contrat de travail en bonne et due forme,
  • la rĂ©sorption du travail au noir des jeunes chercheurs (voir la circulaire d’octobre 2006) progresse : des libĂ©ralitĂ©s ont Ă©tĂ© transformĂ©es en vĂ©ritables contrats de travail. Cependant, de nombreuses libĂ©ralitĂ©s (faux salaires sans cotisation ni sĂ©curitĂ© sociale) sont encore d'actualitĂ©,
  • les jeunes chercheurs peuvent maintenant s’impliquer dans l’évaluation des ED Ă  titre d’expert (AERES),
  • avant la mise en place du contrat doctoral, la CJC a obtenu la revalorisation des allocations, dont le montant n'avait pas Ă©tĂ© rĂ©Ă©valuĂ© depuis 15 ans. En 2006, le salaire a Ă©tĂ© indexĂ© sur l'indice de la fonction publique (plus d'informations ici).

Ces réalisations concrètes sont le fruit d'un travail de fond sur les situations des jeunes chercheurs.

Nos projets en cours

Guide du doctorat : En collaboration avec l'Association Nationale des Docteurs (ANDès), la CJC rédige un guide des bonnes pratiques du doctorat à l'attention des différents acteurs : encadrant, doctorant, université, école doctorale, bailleur, unité de recherche. Ce guide sous forme d'un site internet sera disponible en 2012.

Jeunes chercheurs étrangers : La CJC a lancé en mai 2010 un sondage sur la situation des jeunes chercheurs de nationalité étrangère en France. Ce sondage a permis de recenser des données statistiques fiables, ainsi que des témoignages sur l'accueil des jeunes chercheurs. À partir des ces données inédites, la CJC travaille sur l'amélioration de l'accueil et de l'intégration des jeunes chercheurs étrangers dans le système de recherche français.

Qualité : Le développement de la démarche d'évaluation dans le système d'enseignement supérieur et de recherche a engagé la CJC dans une réflexion sur la pertinence des critères d'évaluation concernant les situations doctorales, en collaboration notamment avec l'AERES.

Contractualisation : Les universités, maintenant autonomes, gèrent leur personnel et ont la possibilité de créer de nouveaux contrats de travail. Ces contrats, souvent précaires, constituent un retour en arrière par rapport au contrat de la fonction publique. La CJC a pour objectif d'améliorer les conditions de travail des jeunes chercheurs.

Poursuite de carrière et haute fonction publique : La poursuite de carrière des docteurs est une des faiblesses du système français. Pour preuve, la haute fonction publique reste peu accessible aux docteurs. La CJC souhaite faire évoluer cet état de fait.

Communication : Une des missions fondamentales de la CJC est d'informer les (futurs) jeunes chercheurs et de sensibiliser les institutions comme le grand public sur les enjeux actuels du doctorat.

Nos moyens d'action

La CJC a vocation à s'adresser à différents publics :

  • les doctorants et docteurs, regroupĂ©s ou non en associations,
  • les interlocuteurs institutionnels (ministère, syndicats, Ă©tablissements, associations, partis politiques…),
  • l'opinion publique.

Pour remplir ces objectifs, nous réalisons :

  • des rĂ©unions nationales de rĂ©flexion (conseil d'administration et assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale),
  • des groupes de travail sur nos projets en cours,
  • une universitĂ© d'Ă©tĂ© annuelle avec des formations,
  • des tables rondes, forums ouverts, colloques et publications,
  • des rencontres avec les interlocuteurs concernĂ©s par le doctorat,
  • des rapports d'expertise, des fiches de synthèse, un guide du doctorat,
  • des communiquĂ©s de presse, des interviews et des prises de position publiques.
facebook twitter

contact @ cjc . jeunes-chercheurs . org © 1996-2016 Confédération des jeunes chercheurs.

Ce document (/presentation/index.php) a été mis à jour le 10 décembre 2011

Politique d'accessibilité et mentions légales