Logo de la CJC
Document tiré de : cjc.jeunes-chercheurs.org/presentation/terminologie.php
anniv Enquête sur les jeunes chercheurs étrangers en France : résultats et solutions En savoir plus….
Retrouver la proposition de loi de la CJC pour une juste représentativité des Jeunes Chercheurs En savoir plus….
anniv assises de l'enseignement supérieur et de la recherche
Depuis son lancement, la CJC porte la voix des jeunes chercheurs dans les assises à travers ses contributions, ses auditions et ses associations membres.
En savoir plus….

La bonne terminologie du doctorat

Les jeunes chercheurs, à savoir les doctorants et nouveaux docteurs, représentent l'essentiel des « forces vives Â» des unités de recherche, et - dans beaucoup de disciplines - une part indispensable du personnel enseignant. Leur nombre est équivalent à celui des personnels chercheurs et enseignants-chercheurs permanents. Leur contribution à la production scientifique du pays est évidente.

Le doctorat : une activité professionnelle

L'activité quotidienne des jeunes chercheurs consiste en la construction de savoirs et de savoir-faire, là où celle d'un étudiant consiste en l'acquisition de connaissances. La part d'acquisition de compétences d'un jeune chercheur est similaire à celle de n'importe quel travailleur affecté à une nouvelle fonction. Le travail des jeunes chercheurs est comparable à celui de leurs collègues permanents, même si leurs préoccupations et leurs attentes restent spécifiques et distinctes.

Le caractère professionnel du doctorat est acté, depuis de nombreuses années, aux échelles nationale et européenne. En effet, dans sa Charte du chercheur et dans son Code de conduite pour le recrutement des chercheurs, la Commission Européenne utilise le terme de « chercheur en début de carrière Â» (angl.: « early stage researcher Â») pour désigner un doctorant. Les autres structures européennes (telles que l'Association Européenne des Universités, EUA) ont également adhéré à cette vision. Sur le plan national, notamment suite aux États Généraux de la Recherche de 2004, lors desquels la communauté scientifique s'était exprimée dans ce sens, le caractère professionnel du doctorat a été explicitement inscrit dans le Code de l'Éducation.

La valorisation de l'expérience doctorale passe donc notamment par une différenciation explicite des étudiants et des doctorants et par un rapprochement des jeunes chercheurs et des autres producteurs de la recherche : les doctorants sont, de par la préparation d'un titre universitaire, inscrits dans un établissement d'enseignement supérieur, mais c'est leur statut[1] de personnel de la recherche qui doit primer, tout comme c'est le cas pour les candidats à l'HDR (Habilitation à Diriger les Recherches).

Petit lexique du doctorat

Le vocabulaire traditionnellement employé dans le milieu académique ne réflète pas le caractère professionnel du doctorat et peut ainsi nuire à la valorisation des compétences des jeunes chercheurs. Nous proposons ici une terminologie précise et adaptée.
  • étudiant en thèse : l'expression « chercheur doctorant Â» ou simplement « doctorant Â», doit être préférée en cela qu'elle fait primer la fonction de chercheur et de producteur de connaissances sur celle d'étudiant et de consommateur de connaissances. La variante « enseignant-chercheur doctorant Â» peut être employée pour les doctorants ayant une activité d'enseignement ;
  • post-doc : de nombreuses variantes existent pour désigner les CDD de recherche pour docteurs: « post-doc », « stage post-doctoral » voire « études post-doctorales » sont un vocable flou entretenant une idée de prédominance de la formation sur l'expérience professionnelle. Il s'agit d'une expression dissimulant l'aspect précaire des contrats proposés aux nouveaux docteurs. Il est à noter que la recherche est le seul métier du monde où l'intitulé du poste varie selon la durée du contrat ;
  • insertion professionnelle : les doctorants étant déjà en activité professionnelle, leur devenir doit être désigné en parlant, par exemple, de poursuite de carrière ;
  • thèse : le terme « thèse Â» désigne uniquement le manuscrit final[2] , et non le projet de recherche doctoral allant de l'inscription universitaire à la soutenance. De même, l' « inscription en doctorat Â» doit remplacer l' « inscription en thèse Â» ;
  • être en thèse : le fait d'être doctorant désigne bien une activité professionnelle et ne focalise pas sur l'inscription administrative - et donc l'aspect étudiant - comme le ferait une expression comme « Ãªtre en thèse Â» ou même « Ãªtre en doctorat Â» ;
  • thésard : en français, le suffixe « ard » est péjoratif ou familier. Ce terme ne peut donc être que de l'argot et ne peut apparaître dans un document officiel ;
  • directeur de thèse : comme dit précédemment, la thèse est un manuscrit, ce qui rend de facto l'expression inadéquate, le rôle d'encadrant ne se limitant pas à la relecture du manuscrit. De plus, il est admis depuis plusieurs années qu'une équipe d'encadrement doit être préférée, pour favoriser l'intégration dans l'unité de recherche ;
  • financement : le financement d'un projet de recherche doit intégrer le budget pour les formations, les déplacements, le matériel et la rémunération du chercheur sous forme d'un contrat de travail. De même, la notion de « doctorant financé Â» désigne en réalité celle de « doctorant sous contrat » ;
  • bourse : les libéralités, versements d'argent non associés à des cotisations sociales, souvent désignées comme bourses, ne doivent pas être confondues avec des contrats de travail et sont non réglementaires lorsqu'elles servent à rémunérer un travail[3] ;
  • sciences : les sciences se définissent en fonction de la démarche scientifique et non en fonction du domaine de recherche. Le terme « sciences » recouvre donc autant les sciences humaines et sociales que les sciences techniques, les sciences du vivant, les sciences juridiques, etc. qu'elles soient fondamentales ou appliquées.

Importance d'une terminologie adaptée

La précision et la complexité du langage permettent la complexité et la précision de la pensée. Il est donc important que la terminologie employée par les acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche concernant le doctorat soit spécifique et adaptée. En outre, l'utilisation d'un vocable étudiant amène, inconsciemment, à réutiliser des schémas de pensée liés à l'organisation de la vie étudiante et non à l'organisation du doctorat.

Par exemple, lors du discours introductif au colloque « Doctorat, doctorants et docteurs » d'avril 2010, le président de la Conférence des Présidents d'Université a dit, en faisant référence au remplacement de l'allocation de recherche par le contrat doctoral :

N'oublions pas que le doctorant, depuis le contrat doctoral et les Responsabilités et Compétences Élargies, est devenu un salarié de l'établissement. Nous avons donc des étudiants qui sont en même temps nos collaborateurs, nos personnels, et nous devons avoir une politique particulière pour cette catégorie quasiment unique dans nos établissements.

Ainsi, le passage de l'allocation de recherche au contrat doctoral a amené un changement dans la perception du statut des doctorants, qui sont devenus, aux yeux de leurs collègues, des chercheurs. Pourtant, les différences entre les deux contrats ne concernent pas les missions ou le statut du doctorant recruté, mais uniquement des points techniques concernant sa relation avec son employeur. La seule vraie différence concernant son statut contractuel réside dans l'intitulé, qui fait explicitement mention du mot « contrat ». On voit ainsi à quel point le vocabulaire a un impact sur les mentalités, même auprès d'experts du monde universitaire tels que des présidents d'université.

Dans la mesure où l'une des activités importantes des acteurs du doctorat (encadrants, directeurs d'école doctorale ou d'unité de recherche, membres du Conseil Scientifique ou du Conseil d'Administration d'un établissement, présidence de l'établissement) est précisément l'organisation du doctorat, ils doivent avoir, concernant la terminologie relative aux jeunes chercheurs, la même rigueur qu'ils ont dans le cadre de leur activité de recherche. Ainsi, il ne paraît pas envisageable

  • qu'un expert en biologie puisse confondre ADN et ARN,
  • qu'un expert en droit puisse confondre législation et règlementation,
  • qu'un expert en sociologie puisse confondre anthropologie et ethnologie,
  • qu'un expert en chimie puisse confondre vaporisation et sublimation,

alors qu'il est acceptable que quelqu'un ne travaillant pas sur ces notions en ait une compréhension approximative. La Confédération des Jeunes Chercheurs estime qu'en tant qu'experts du doctorat, les acteurs du doctorat ne peuvent pas assimiler étudiants et doctorants.


[1] : Il est à noter que le terme « étudiant » ne renvoie à aucun « statut » juridique, économique ni même universitaire. Le Code de l'Éducation ne distingue, comme dans tout service public, que deux catégorie : celle des « usagers » ou celles des « personnels ». En cas de possible appartenance aux deux catégories, c’est le rattachement à celle des personnels qui prime.

[2] : Cette réalité étant encore plus prégnante en anglais, où « thesis » ne désigne pas le processus de doctorat mais uniquement le manuscrit : on parle même de « master's thesis » pour désigner le rapport de stage de master.

[3] : Les termes d'« allocation de recherche » et de « monitorat » sont également désuets suite à l'adoption du décret sur le contrat doctoral.

facebook twitter

contact @ cjc . jeunes-chercheurs . org © 1996-2016 Confédération des jeunes chercheurs.

Ce document (/presentation/terminologie.php) a été mis à jour le 10 décembre 2011

Politique d'accessibilité et mentions légales