Logo de la CJC
Document tiré de : cjc.jeunes-chercheurs.org/interventions/1998-cpu/index.html
anniv Enquête sur les jeunes chercheurs étrangers en France : résultats et solutions En savoir plus….
Retrouver la proposition de loi de la CJC pour une juste représentativité des Jeunes Chercheurs En savoir plus….
anniv assises de l'enseignement supérieur et de la recherche
Depuis son lancement, la CJC porte la voix des jeunes chercheurs dans les assises à travers ses contributions, ses auditions et ses associations membres.
En savoir plus….

Compte-rendu du colloque de la Conférence des Présidents d'Université, les 19 et 20 mars à l'Université de Limoges, sur le thème de l'évaluation


compte-rendu rédigé par Olivier Mazet.

Programme

Programme du Jeudi 19 mars :

matin :

- Introduction par St-Girons (Toulouse 1), 1er vice président de la CPU

- 1ere Table Ronde sur "l'évaluation et les établissements"

après-midi :

- 2e Table Ronde sur "l'évaluation et l'enseignement"

[au cours de cette table ronde a été évoqué en grande partie le problème de l'évaluation des enseignants par les étudiants]

- 3e Table Ronde sur "l'évaluation et la recherche", présidée par J.P. Finance, président de Nancy (I?).

Les intervenants de cette table ronde :
J. Dercourt, président de l'Académie des Sciences
M. Gross, CNRS, responsable des liens avec les Universités
O. Mazet, CEC
R. Barre, directeur de l'Observatoire des Sciences et Technologie
P. Jolivet, conseiller d'établissement

Programme du Vendredi 20 mars :

matin : - Ateliers en parallèle : "évaluation des individus", "évaluation des structures intermédiaires", "évaluation des établissements", "évaluation des relations extérieures".

après-midi : - Synthèse des ateliers

- Intervention de Claude Allègre, Président de fait de la CPU.

Ma vision de la chose :

Dans l'ensemble, les personnes présentes, c'est-à-dire essentiellement les présidents d'université ou leurs représentants, plus quelques personnes invitées pour intervenir au cours des tables rondes, plus les membres permanents de la CPU, ont fait montre d'un très grand sérieux, d'une très grande ouverture, et d'un réel souci de réflexion constructive. Prenez cette remarque comme une surprise agréable, ce colloque aurait pu après tout être un prétexte à visiter une ville de province, ses restaurants, ses hôtels, etc. comme c'est malheureusement souvent le cas.

Nous avons été, moi et mon dossier Contrat de Thèse sous le bras, accueillis à bras ouverts. Les trois personnes qui se sont le plus occupées de moi sont : M.F. Beauvoix, responsable CPU de la commission recherche, M. Combarnous, président de Bordeaux I, président de la commission recherche, et J.P. Finance, déjà cité. Les discussions et débats ont été plus denses et plus fructueux pendant les pauses cafés et le déjeuner que pendant la table ronde, mais les résultats sont plus qu'encourageants. La CEC est officiellement invitée à collaborer avec la commission recherche, pour élaborer un projet de Charte de Thèse, en vue de la distribuer à chaque président d'université, en les incitant fortement à l'appliquer dans chaque université correspondante.

Pour cela, nous devons au préalable envoyer un document assez court (une à deux pages), où nous devons faire une liste des points que nous jugeons devoir figurer nécessairement sur une telle Charte de Thèse. Ensuite, nous serons invités à participer à l'une des réunions de la commission recherche, qui se réunit une fois par mois. Je reste pour le moment leur contact officiel, (l'échange d'adresses était bien sur plus facile), mais ça ne signifie pas que je serai la personne à me rendre à cette commission le moment voulu.

En ce qui concerne la Table ronde elle-même, mon intervention d'une dizaine de minutes n'a soulevé que deux commentaires de l'assemblée : le premier (négatif) était une mise en garde contre la surcharge de textes, et que le rôle d'un éventuel CdT ne devait pas dépasser celui d'un garde fou. Le deuxième (positif) était que la CPU avait à sa portée un dossier bien mûr, qu'il ne fallait pas laisser passer, pour combler le grand vide que constitue l'évaluation dans le cadre de la Formation Doctorale. J'ajoute que cette phrase était le sentiment très majoritaire de l'ensemble des personnes présentes à ce colloque. Enfin, un petit mot sur J. Dercourt, qui m'a écouté avec attention, et qui s'est félicité des progrès faits par le CdT. Il a même lu attentivement la Charte de Thèse de Toulouse 3, pour faire ses remarques, (elle n'est effectivement pas parfaite), et pour nous encourager fortement à généraliser et consolider ces premières bases.

Conclusion :

Le bilan est comme vous le voyez très positif. La balle est maintenant dans notre camp. Nous devons, je le rappelle, envoyer notre dossier (de plus en plus volumineux) Contrat de Thèse, avec ce qui existe déjà (Rapport-HD, Contrat de Thèse, Chartes de Thèse locales), plus le papier faisant une liste des points indispensables, à la Commission permanente Recherche de la CPU (contact : M.F. Beauvoix). Nous serons ensuite invités à participer à l'une des réunions de cette commission.

facebook twitter

contact @ cjc . jeunes-chercheurs . org © 1996-2019 Confédération des jeunes chercheurs.

Ce document (/interventions/1998-cpu/index.html) a été mis à jour le 11 juin 2007

Politique d'accessibilité et mentions légales